Editions Jeanne d'Arc

Editions Jeanne d'Arc
Editions locales

Editions Jeanne-d'Arc
25 rue de la Gazelle
43000 Le Puy-En-Velay
Tél. 04 71 02 11 34

La métamorphose
de la cigale

Albert DUCLOZ
2004 - 336 pages

le roman d'une dépression vécue par l'auteur

ISBN : 9782911794315

Quantité :

20.00 €

Format 14 X 22,5 cm - 336 pages

Résumé - Auteur - Lire quelques pages
 

Résumé
.............................................................................................

Arnaud est en pleine dépression nerveuse. Tout s’écroule autour de lui ; une longue errance commence à travers la campagne : se cacher, disparaître, s’anéantir…
Il est repéché, soigné…
Mais il n’a pas la force, ni l’envie de s’en sortir…
Le chemin sera long et parsemé de difficultés.
La vision de la métamorphose d’une cigale est pour lui un déclic qui va l’ouvrir à une nouvelle vie.

retour haut de page
 

 

Auteur
.............................................................................................

Albert Ducloz signe son quatrième ouvrage. Cette introspection est le reflet de l’élargissement du champ de son écriture.
Ce roman vous fera voyager à l’intérieur des êtres, vous explorerez ce mal de vivre, cet isolement. Vous cheminerez avec Arnaud vers sa résurrection.

retour haut de page

 

Lire quelques pages
.............................................................................................

 

1. OMBRES BLANCHES

Comment dépeindre l’eau à celui qui n’y est pas entré ?
Arnaud se tenait au bord du lac du Bouchet. Il n’avait pas prévu qu’en mai, la nuit lui rendrait visite très tard et qu’il ne devrait entrer dans l’eau que lorsqu’elle serait noire, quand la solitude enserre tout. Son suicide, délibéré depuis douze heures environ, devait être réussi, sans retour. Arrivé vers les trois heures de l’après-midi, dans la cuvette où le lac brillait au soleil, il s’était trouvé immergé dans une foule de vivants qui profitaient de ce lundi pour prendre sa lumière. Femmes qui bronzaient, hommes qui lançaient leurs lignes, enfants dans l’eau pour y jouer.
Arnaud en voulut à tous ces gens qui vivaient, alors que lui venait là pour mourir. Il remonta vers la berge, reprit sa voiture et partit la garer dans une clairière accessible mais cachée aux regards et aux visites.
C’est alors que l’angoisse le prit de laisser quelque chose. Il ne se sentait plus en lui-même. Il était séparé de son corps. Il voulait disparaître, non seulement lui, mais tout ce qui pouvait le rappeler aux vivants. Sa voiture était son témoin survivant. Bourrée de papiers, de lettres, de dossiers, bureau ambulant, elle était sa signature, sa mémoire. Dès que son contenu serait découvert, sa disparition serait signalée ; n’importe quel limier pourrait reconstituer sa vie et c’est justement ce qu’il refusait. D’ailleurs il ne voulait plus rien. Cela faisait un an qu’il ne pouvait dormir, un an qu’il était surchargé de travail, de kilomètres, de problèmes, de soucis, de silences et de disputes avec Mélaine, sa femme depuis des décennies. Il fallait détruire tout ce passé et non seulement lui, mais tout ce qui en parlait.

Le matin, au Puy-en-Velay, il avait fait une halte en arrivant de Sanimaux-la-Montagne avant de prendre la route du lac du Bouchet. Depuis la terrasse du bar du Vieux Puy sur le Breuil, il avait rédigé trois cartes postales. Il refusait qu’on ignorât son acte. Il lui fallait seulement effacer ses traces. Comme un renard sur la neige avec sa queue, il balayait ses pas marqués dans sa vie. Mais, pour éviter les recherches, il lui fallait dire qu’il était mort.
Une carte était écrite à Mélaine, une à Romaric son ami fidèle, une à Mérianne, son amie ardéchoise, sa confidente, mais non son amante. Si les textes variaient dans la forme, ils se rejoignaient dans leur identité.
« J’en ai marre. J’en termine. Adieu. » Les cartes dissimulées par des enveloppes puis postées, il avait pu, soulagé, prendre la route du lac du Bouchet pour une mort immédiate.
Une réalité lui apparut qu’il n’avait pas discernée, tant il explorait seulement son irréel depuis ses dernières heures : entré dans l’eau, il aurait été repêché par les bonnes âmes serrées autour du lac. Cela lui était déjà arrivé l’année qui avait suivi son mariage.
 

retour haut de page
 

Vous n'avez aucun article dans votre panier.

Contactez-nous

Imprimerie Jeanne d'Arc
 

Editions Jeanne d'Arc - EJA - Vente en ligne de livres régionaux de l'Auvergne, la Haute-Loire et du Puy en Velay, livres d'arts, romans, romans historiques, religieux...