Editions Jeanne d'Arc

Editions Jeanne d'Arc
Editions locales

Editions Jeanne-d'Arc
25 rue de la Gazelle
43000 Le Puy-En-Velay
Tél. 04 71 02 11 34

Disparition à Manadieu
Pascale BLAZY
2014 - 192 pages
 Lison disparaît en sortant de la bibliothèque. Clarisse se lance à sa recherche
.
Parution mars 2014.

ISBN : 9782362620379

Quantité :

17.00 €

Format 14,8 X 21 cm - 192 pages

Résumé - Auteur - Lire quelques pages
 

Résumé
......................


  La vie coule paisiblement à Manadieu mais à quelques jours du baccalauréat, Lison disparaît. Le dernier lieu qu’elle ait fréquenté semble être la bibliothèque. Fugue, enlèvement… toutes les hypothèses sont envisagées par l’adjudant-chef Marchand et sa brigade.
A leur tour, Clarisse et son ami Armand se lancent à la recherche de la lycéenne.

 

 

Auteur
.............................................................................................

Pacale BLAZY vit en Haute-Loire où elle est bibliothécaire.
Après des nouvelles publiées dans des concours d'écriture, un recueil de contes : la légende du violon noir et un premier roman : Champage, caviar & meilleurs voeux, elle a proposé au lecteur une fiction transgénérationnelle.
Après cette parenthèse médiévale de La Croix de Résurrection, l’auteure revient à Manadieu pour une nouvelle enquête de Clarisse la fougueuse bibliothécaire.

retour haut de page

 

Lire quelques pages
.............................................

 

   Jeudi
 
   Abasourdie, Clarisse posa sa tasse sur le bureau, le café était bien trop chaud.
L'adjudant-chef Marchand se taisait, le mug à la main. Inlassablement, il faisait tourner la petite cuillère dans le café, décidément trop chaud.
L’esprit de la jeune gendarme, à ses côtés, semblait s’être absenté à en juger pour son regard vague et son immobilité.
   Clarisse essaya de se remémorer les paroles de l’adjudant-chef, seuls les derniers mots résonnaient : la disparition de Lison. Elle comprenait maintenant pourquoi la voiture de la Gendarmerie attendait son arrivée, garée devant la bibliothèque et pourquoi Marchand affichait une mine si grave. Instantanément, elle s’était dit qu’ils étaient en service. Sans poser de questions, elle avait ouvert la porte, les avait conduits dans son bureau et avait mis la cafetière en marche.
   La petite cuillère tinta sur les bords du mug, scandant la terrible nouvelle : Lison a disparu.
   Clarisse hésita : parler ou attendre qu’il continue ?
   Enfin, Marchand se décida et expliqua que la bibliothèque était le dernier endroit où se serait rendue Lison.
   Clarisse pensa alors à cette série télévisée qu’elle avait regardée deux ou trois fois et où subitement une personne se volatilisait ; entraient alors en scène l’inspecteur Malone et son équipe. Aujourd’hui, ce n’était pas de la fiction : une jeune fille avait vraiment disparu, à Manadieu.

  •  Nous envisageons, dans un premier temps, l’hypothèse de la fugue, poursuivit l’adjudant-chef.
Clarisse hocha négativement la tête.
  • Allons, ce n’est pas possible, Lison est une jeune fille équilibrée avec des projets d’avenir et je ne…
  • Madame, nous ne négligerons aucune piste. 
Voilà qu’il l’appelait madame, déjà le vouvoiement l’avait surprise… bon, il était en mission, exit leurs soirées avec Armand.
Clarisse avait l’habitude de partager des dîners, des sorties avec son complice de toujours, Armand. Ils avaient accueilli l’adjudant-chef dans leur cercle privé et le considéraient un peu comme un ami.
  •  C’est vrai que la jeune fille n’a pas emporté d’effets personnels, mais combien sont-ils à prendre la poudre d’escampette en prétextant aller chercher du pain ou des cigarettes ? Pouvez-vous nous dire si vous avez remarqué quelque chose de particulier ? Qui Lison a-t-elle rencontré ?
  • Non, tout fut habituel. Lison est arrivée vers 15 h, elle a rejoint  Mr de La Huchette son ancien professeur de Lettres qui lui fait réviser l’épreuve de Littérature pour le Baccalauréat, dont la date approche. C’est d’ailleurs pour cela que l’idée d’une fugue me paraît…
  • Ecoutez madame, coupa sèchement Marchand, nous ne vous demandons pas de mener l’enquête, mais de nous rapporter les faits. 
Le visage de Clarisse se ferma, ses lèvres exprimèrent leur contrariété par une moue boudeuse. Elle se résigna.
  •  Bien, donc, Lison a travaillé avec Mr de La Huchette jusqu’à 17 h, 17 h 30. Elle a ensuite quitté la bibliothèque.
  • Seule ?
  • Oui.
  • Et Mr de La Huchette ?
  • Il est resté encore un bon quart d’heure, je crois.
  • Dans quelle direction est partie Lison ? Et Mr de La Huchette ?
  • Je n’en sais rien du tout, adjudant-chef, je n’ai pas pour habitude d’espionner les lecteurs et j’avais suffisamment de travail. En ce moment, je suis seule, Camille, mon assistante, est en congés.
  • Bon, avez-vous des précisions à ajouter ?
  • Non, je ne vois pas, mais si je me souviens d’un détail susceptible de faire avancer l’enquête, je ne manquerai pas d’en informer vos services, adjudant-chef, dit-elle hypocritement, en se levant pour clore l’entretien.
 
*
 
Avant de démarrer le véhicule, l’adjudant-chef se tourna vers sa passagère.
  •  Eh bien, Gendarme Dubois, pour une première affectation, vous commencez fort ! Première journée de service et vous voilà déjà sur une affaire. Qu’en dites-vous ?
  • C’est-à-dire que…
  • Allons, ne vous laissez pas intimider, je compte sur  vous, vous êtes une jeune femme à l’esprit vif, si j’en juge le dossier que l’on m’a communiqué, n’hésitez pas à me faire part de vos réflexions. Voyez-vous, je crois que notre Miss Marple n’a pas tort. Vous connaissez sans doute Miss Marple, la célèbre enquêtrice d’Agatha Christie, eh bien, à Manadieu, c’est notre bibliothécaire qui a tendance à se prendre pour ce personnage. Plus jeune et pas tricoteuse émérite, à ce que je sache, elle n’en est pas moins une fouineuse tenace qu’il faudra avoir à l’œil. Je ne crois pas que sa dernière mésaventure* ne la décourage. Je suis certain qu’elle ne nous a pas tout dit et qu’elle est déjà en train d’élaborer une stratégie d’enquête.
Il fit tourner la clef dans le contact, enclencha la marche arrière et tout en manœuvrant reprit : « Nous allons chez Lison, sa mère nous y attend, nous passerons la chambre au peigne fin, peut-être en apprendrons-nous davantage. 

retour haut de page
 

Vous n'avez aucun article dans votre panier.

Contactez-nous

Imprimerie Jeanne d'Arc
 

Editions Jeanne d'Arc - EJA - Vente en ligne de livres régionaux de l'Auvergne, la Haute-Loire et du Puy en Velay, livres d'arts, romans, romans historiques, religieux...