Editions Jeanne d'Arc

Editions Jeanne d'Arc
Editions locales

Editions Jeanne-d'Arc
25 rue de la Gazelle
43000 Le Puy-En-Velay
Tél. 04 71 02 11 34

L'enfance trahie 
Jacqueline Lefort
2013 - 290 pages 

La quête identitaire d'Anne-Laure à la recherche de son père qu'on lui avait interdit d'aimer

ISBN : 9782362620287

Quantité :

18.00 €


L’enfance trahie
 
Au décès de sa mère, Anne-Laure Delage découvre une enveloppe jaunie par le temps qui va lui révéler les vraies raisons de son enfance sans père.
Dès lors, la jeune femme n'aura de cesse de connaître la vérité et de comprendre pourquoi sa mère lui a menti pendant tant d’années. Elle décide alors de se rendre dans le village auvergnat où elle est née et où tout a commencé.
Pour reconstituer son passé, elle devra exhumer une vieille histoire enfouie dans la mémoire collective  que personne ne souhaite voir resurgir.
Dans sa quête identitaire, Anne-Laure va remonter le cours du temps à la rencontre de ce père inconnu qu'on lui avait interdit d'aimer…

 




L'auteure

Jacqueline Lefort est née à Saint-Etienne.
Après de nombreuses années passées en région parisienne, elle s'est installée en Haute-Loire avec son mari, où elle se consacre à sa passion : l'écriture.
L'enfance trahie est son premier roman.


 

Extrait
 

CHAPITRE 1


-Tu es sûre de vouloir te rendre sur place ? Il n'est jamais bon de remuer le passé. Ça peut faire mal.
Assise à la table du petit déjeuner devant une tasse de café qu’elle n’avait pas encore touchée, Anne-Laure leva vers son ami un regard stupéfait :
- Qu'est-ce que tu dis ? s’écria-t-elle. C'est impossible. Je ne peux pas faire comme s’il ne s’était rien passé, c'est trop douloureux.
- Oui, je comprends, concéda Mathieu en s'asseyant près d’elle. Le décès de ta mère a eu des conséquences inattendues. C'était beaucoup en peu de temps. Mais il est peut-être un peu tôt pour vouloir en savoir davantage.
- Non tu te trompes. J’ai besoin de savoir maintenant. Il faut  que je comprenne pourquoi ma mère m’a menti. Tu pourrais vivre, toi, sans connaître la vérité sur tes propres parents ?
Mathieu dut en convenir :
- Bien. Fais comme tu l'entends mais laisse-moi t’accompagner. Dans quelques semaines ce sont les vacances scolaires : tu vas pouvoir ranger tes craies et tes cahiers au fond de ton placard et moi ma blouse blanche de biologiste au vestiaire. On pourra partir dès la fin des classes.
- Tu es gentil mais ça n’est pas une bonne idée. Ta présence serait très agréable, bien sûr, mais j’ai besoin d’être seule dans ce village où j’ai passé les deux premières années de ma vie. Tu comprends ? Et puis, si tu venais, je risquerais de me laisser distraire de mon objectif, ajouta-t-elle malicieusement en lui embrassant le bout du nez. Mais je t’appellerai tous les jours, c’est promis.
- Je vois que je n’ai plus qu’à m’incliner, dit Mathieu en soupirant. Tu comptes t‘absenter combien de temps ? Je te rappelle que nous avons prévu un voyage en Islande en août.
- Je ne manquerai ça pour rien au monde, je t’assure. Je serai de retour bien avant mais je ne peux pas en dire plus pour l’instant. Je verrai une fois sur place. En attendant tu veux bien me servir un autre café ? Le mien est froid.
Sous le regard affectueux d'Anne-Laure, Mathieu prit sa tasse et se dirigea vers le coin-cuisine.
 

***

 
Tout avait commencé pendant la récréation du matin. Anne-Laure avait confié la surveillance de sa classe de CM1 à ses collègues pour finir de corriger des dictées. Elle avait prévu de diner dehors ce soir-là avec son ami et n’avait pas envie de ramener du travail à la maison.
Mathieu et elle vivaient ensemble depuis plus d’un an. Tous deux étaient enseignants : elle professeur des écoles dans le secteur public et lui  professeur de biologie dans un lycée privé. Ils adoraient leur métier et partageaient aussi la même passion pour les voyages. Ils s’étaient concocté un séjour en Islande pour les vacances d’été et avaient tout planifié dans les moindres détails. De plus, Mathieu était un excellent photographe amateur. Les diaporamas qu'il créait, étaient, aux dires de ses proches, de véritables œuvres d'art. Anne-Laure entendait bien profiter du voyage pour marcher sur ses traces.
La jeune femme vivait donc sur un petit nuage : l’année scolaire épuisante était sur le point de se terminer, il faisait un temps magnifique et elle allait découvrir des sites prestigieux en compagnie de l’homme qu’elle aimait.
Elle refermait tout juste le dernier cahier lorsque son portable sonna. En lisant le nom qui s'affichait, son cœur manqua un battement. C’était Consuelo, la femme de ménage de sa mère. Âgée d’une trentaine d’années et arrivée en France depuis seulement quatre ans, cette jeune Espagnole parlait un français hésitant. Pour elle, téléphoner était un véritable supplice. Il fallait donc qu’il y ait urgence pour qu’elle appelle. D’une main un peu tremblante, Anne-Laure prit la communication :
- Consuelo ? Que se passe-t-il ? Un souci ?
- Oh oui mademoiselle, s’écria la domestique  affolée à l’autre bout de la ligne. C’est votre maman. Elle… elle a eu …un  un accident grave. Elle a fait une chute dans la maison et…
- Et quoi, Consuelo, parlez ! Elle est blessée ?
- Non… non c’est plus grave. C’est sa tête qui a tapé sur l’escalier. C’est un voisin qui l’a trouvée et qui a appelé les pompiers tout de suite mais c’était trop tard…
- Quoi ? hurla Anne-Laure dans le téléphone. Trop tard mais comment trop tard ? Vous ne voulez pas dire qu’elle est ...
Le mot fatal qu’elle n’osait pas prononcer s’étouffa dans un sanglot. Elle essaya de se lever mais ses jambes ne la portaient plus. Complètement anéantie, elle  se tassa sur son siège et ferma les yeux. Elle avait l’impression de vivre un cauchemar.
 

Vous n'avez aucun article dans votre panier.

Contactez-nous

Imprimerie Jeanne d'Arc
 

Editions Jeanne d'Arc - EJA - Vente en ligne de livres régionaux de l'Auvergne, la Haute-Loire et du Puy en Velay, livres d'arts, romans, romans historiques, religieux...