Editions Jeanne d'Arc

Editions Jeanne d'Arc
Editions locales

Editions Jeanne-d'Arc
25 rue de la Gazelle
43000 Le Puy-En-Velay
Tél. 04 71 02 11 34

Les fantômes de l'harmonica
Jean-Pierre LARMINIER
2012
Une femme descend vers la plage du Portuais, elle est stoppée dans sa course par un air d'harmonica...
http://www.k-libre.fr/klibre-ve/index.php?page=livre&id=2473

ISBN : 9782362620218

Quantité :

10.00 €

Format 19,5 X 12,5 cm  266 pages

Résumé - Auteur - Lire quelques pages
 

Résumé

......................


 

Un homme parcourt de nuit la lande couverte d’ajoncs et de bruyères du Cap d’Erquy ; il scrute l’océan de ses jumelles de marine à vision nocturne. Une femme descend vers la plage du Portuais ; elle est stoppée dans sa course par un air d’harmonica.

Quels liens entre un port de pêche, un pavillon de la banlieue sud de Paris, les tours de la Défense et Neuilly-sur-Seine ? Des côtes de Bretagne au golf d’Antalya en Turquie, de la Serbie aux îles Grecques de la mer Egée un parfum de sel, de lavande, de garrigue et de mort.

 

 

 

Auteur

............................................................................................
 

Les fantômes de l’harmonica est le 5e roman noir de Jean-Pierre Larminier après Les fossoyeurs en 2005, Les bergers en 2006, Le chaman blanc en 2008, Le pilote de Likasi en 2010 et l’essai judiciaire Claude Erignac et Yvan Colonna deux victimes pour une affaire d’Etat en 2008.

Né à Paris, ingénieur du groupe Alcatel, Jean-Pierre Larminier est devenu berger et bûcheron dans les montagnes d’Auvergne, après avoir été instructeur parachutiste formé à la recherche du renseignement au 13e RDP, entraîneur de gardien de but, pilote d’avion…  


 

Lire quelques pages

.............................................


Prologue
 
La marée montante était à son plus haut niveau et les derniers chalutiers venaient de franchir la sortie du port d’Erquy.
Port de pêche de la côte de Penthièvre, appelé aussi côte de grès rose, en raison de ses falaises formées par la superposition de couches de sable vieilles de 400 000 ans, mêlées à de l’oxyde de fer ; sa dureté de roches siliceuses avait un temps développé une industrie florissante de production de pavés pour les rues de villes fort lointaines. Pour l’heure, il pouvait à juste titre s’enorgueillir d’être l’un des premiers ports de pêche à la coquille Saint-Jacques. La flottille, forte d’une soixantaine d’unités dont une quinzaine d’hauturiers, utilisait indifféremment le chalutage, filet à araignées où poissons, soles, turbots, barbus, bars, Saint-Pierre, casiers à crustacés ou sèches, homards, dragues à coquilles ou praires, venaient se faire prendre.
La diversité des pêches était importante car, à elle seule, la pêche à la coquille Saint-Jacques n’aurait pu les faire vivre ; elle était très réglementée : de fin octobre à avril, deux jours par semaine. C’était en majorité dans la baie de Saint-Brieuc depuis les années 60 que cela se déroulait. Une grande fête dite « Fête de la coquille Saint-Jacques » animait début juillet et à tour de rôle les ports de Saint-Quai-Portrieux, Loguivy et Erquy.
 
Une houle modérée et un vent de force 3 ne promettaient ni le calme ni la tempête.Sur le pont du Paul-Marie-Pierre, appelé par les marins « PMP », les deux hommes constituant tout l’équipage préparent le matériel.
12 heures plus tard, à la marée montante du matin, le PMP manque à l’appel. Encore 6 heures, alors que la mer se retire, la place du Paul-Marie-Pierre reste désespérément vide, les nombreux appels radio restent sans réponse. Au pied du phare, au bout du môle, une femme, le regard voilé par les larmes, a déjà pris le deuil. Ce n’est que cinq jours plus tard que l’on put localiser l’épave. Celle-ci gît par 50 m de fond. Le naufrage a eu lieu au large du Cap Erquy, face à la plage du Portuais ; côte déserte, surplombée par la lande et les pins, bruyères et ajoncs, refuge des engoulevents.
Pas de témoins au dire des articles parus dans les journaux les jours suivant le drame. Les supputations allaient toutefois bon train comme en pareil cas, l’enquête de la gendarmerie maritime débutait. On attendait l’examen de l’épave par les plongeurs de la Marine nationale et son éventuel renflouement. Les corps des disparus, la mer les gardait en son sein : le patron pêcheur marié sans enfant et son homme d’équipage pupille de l’Assistance Publique.
 

 




retour haut de page
 

Vous n'avez aucun article dans votre panier.

Contactez-nous

Imprimerie Jeanne d'Arc
 

Editions Jeanne d'Arc - EJA - Vente en ligne de livres régionaux de l'Auvergne, la Haute-Loire et du Puy en Velay, livres d'arts, romans, romans historiques, religieux...