Editions Jeanne d'Arc

Editions Jeanne d'Arc
Editions locales

Editions Jeanne-d'Arc
25 rue de la Gazelle
43000 Le Puy-En-Velay
Tél. 04 71 02 11 34

Les chiens se parlent sur les collines
Arlette Monnet
1998

Stock limité

ISBN : 9782911794049

Quantité :

11.00 €

Format 15 x 21 cm - 64 pages

Résumé - Auteur - Lire quelques pages
 

Résumé
.............................................................................................

Les chiens se parlent sur les collines est l’histoire d’une amitié : celle de chiens qui communiquent entre eux chaque soir sur les collines qui bordent la ville.

Tous issus de milieux différents (celui de leurs maîtres), ils s’interrogent sur le comportement des humains et commentent les événements de la journée.

Youki, personnage central, est à l’origine de ces colloques vespéraux. C’est un philosophe. Il éclaire ses amis sur ces humains qu’il connaît bien.

Jusqu’au jour où Youki disparaît. C’est son ami Hélian qui le retrouve, dans un faubourg de la ville, toujours la chaîne autour du cou, et qui lui rend visite le plus souvent possible. C’est lui maintenant, fidèle messager, qui fait le lien avec les amis des collines.

Mais Youki vieillit, mal nourri, sans soins, assoiffé, avec la seule tendresse de ses amis que lui prodigue Hélian, profitant de sa promenade quotidienne avec sa maîtresse pour lui rendre visite.

« Si les hommes ont perdu leur cœur d’homme, les chiens n’ont pas perdu leur cœur de chien ».


Au fil de la narration d’une trentaine de scènes de la vie quotidienne, les caractères des humains apparaissent ; tour à tour amicaux, justes, négligents, cruels, absurdes ou pleins de tendresse. Et les chiens s’interrogent, essaient de comprendre, de décrypter les personnalités et les modes de vie.

retour haut de page
 

 

Auteur
.............................................................................................

Arlette MONNET, enseignante à la retraite, est très sensible à tout ce qui l’entoure et particulièrement à la formation des enfants.
C’est à travers l’observation de la vie des animaux, surtout celle des chiens, qu’elle a toujours fait
preuve de pédagogie pour aider ses élèves à former leur personnalité et forger leur caractère, dans le respect de l’éthique et des principes.
La simplicité du style, la fraîcheur, la lucidité de son livre qui s’appuie sur l’observation de faits réels, le perceptible souffle d’une candeur qui ne doit se confondre ni avec de la naïveté, ni avec de l’innocence, nous entraînent vers des horizons oubliés : ceux de la connaissance.
C’est bien de cela qu’il faut parler en lisant cet ouvrage : il nous éclaire non pas pour une leçon à retenir, ni pour des préceptes à mettre en valeur, mais tout simplement, au travers des problèmes cruciaux de notre époque, mis en scène par « le meilleur ami de l’homme », en nous conduisant vers une totale confiance en la tendresse et en l’amour.

retour haut de page

 

Lire quelques pages
.............................................................................................

 

À mon ami le beau chien loup et à tous les chiens
que l’inconscience, l’irresponsabilité
et parfois la méchanceté
de l’homme font souffrir


Manou.
A. Monnet

 

« L’amitié ce n’est pas seulement
avec les gens qu’elle s’établit, c’est
aussi avec les animaux, avec les plantes,
les arbres, la lumière, les pierres, le vent
et tous les éléments... »


Sylvie Germain
dans « Éclats de sel »


UN JOURNAL

 


C’est une petite ville de quelques vingt mille habitants, qui s’est blottie dans une cuvette essayant de se mettre à l’abri. Pour avoir chaud, ses maisons se serrent les unes contre les autres et regardent le soleil du midi ou celui du couchant.
Elle est entourée de collines, que les constructions mangent peu à peu, à l’est ; mais au nord et à l’ouest, ces collines sont couvertes de verdure et de fraîcheur : ce sont des bois, des prés, des champs de blé ou de maïs, des jardins, qui nous font rêver. Dans ces jardins, on aperçoit de petites cabanes dans lesquelles habitent poules, lapins, chèvres mais aussi chiens.
Il y a des chiens de garde avec les animaux prisonniers ; ils attendent la visite du maître, pour respirer et voir le paysage mais aussi des chiens de chasse qui attendent la saison pour courir à travers prés.
Chut !... entendez-vous ce concert d’aboiements, le soir, à l’heure où les gens s’enferment dans leur maison et s’assoient devant le petit écran. C’est aussi l’heure des nouvelles pour les chiens car les chiens se parlent sur les collines.
Que se disent les chiens ?
- Youky est un beau chien loup attaché depuis de nombreuses années à une cabane ouverte ; il n’a pas toujours eu très chaud mais il voit le paysage et entend les nouvelles.
Il a droit à une petite promenade quotidienne et a découvert la présence de ses compagnons dans les cabanes en reniflant leurs odeurs et en entendant leurs voix.
Youky est un peu triste de ne pas les voir ; son petit cœur de chien pense qu’ils doivent bien s’ennuyer...
Alors, un soir il leur a parlé
- Écoutez les chiens, je suis Youky, je vis comme vous dans une cabane mais je vois le jour et la nuit car ma cabane n’a pas de porte ; je me promène de temps en temps ; j’entends parler les hommes, chaque jour je vous dirai les nouvelles.
- Merci, répondent les chiens.
Voilà pourquoi les chiens se parlent sur les collines.


LE CHÔMAGE


La fraîcheur descend avec le silence ; les enfants abandonnent leurs jeux ; les gens rentrent chez eux ; les collines sont aux chiens.
Youky s’éclaircit la voix pour mieux se faire entendre.
- Oua... Oua... Savez vous ce que veut dire être au chômage ?
Tous les chiens redressent leurs oreilles.
Non, nous ne savons pas.
- Cela veut dire : ne pas avoir de travail.
- Oh ! Je ne comprends pas répond Rikette, une jolie chienne noire et blanche très occupée par un clapier à surveiller, il y a bien toujours quelque chose à faire !
- Oui... mais il n’y a pas toujours, un travail pour gagner de l’argent.
- C’est quoi l’argent ?
- C’est ce qui permet aux hommes de vivre.
- Nous, on vit bien sans argent.
- Ce n’est pas pareil... Les hommes achètent leur nourriture et leurs vêtements avec cet argent.
Ils achètent aussi notre nourriture.
Alors on devrait se faire payer disent les chiens, on pourrait acheter de meilleures croquettes et de bons morceaux de viande.
- J’ai appris, dit Youky, que nos amis les chiens de berger allaient être au chômage.
- Ils sont payés les chiens de berger ?
- Oui, avec une caresse, une friandise... mais parfois, hélas, par un mauvais coup de pied...
- Je ne voudrai pas être un chien de berger.
- Moi... peut-être, dit Youky, si j’avais la chance d’avoir un bon maître qui m’aimerait et saurait me faire travailler ; je ne lui demanderai pas d’argent... mais seulement un peu de tendresse.
Pourquoi vont-ils être au chômage ?
- Parce que les vaches deviennent folles ; elles se mettent à trembler, à gigoter dans les prés ; c’est une maladie très contagieuse ; on est obligé de les tuer par milliers...

 

retour haut de page
 

Vous n'avez aucun article dans votre panier.

Contactez-nous

Imprimerie Jeanne d'Arc
 

Editions Jeanne d'Arc - EJA - Vente en ligne de livres régionaux de l'Auvergne, la Haute-Loire et du Puy en Velay, livres d'arts, romans, romans historiques, religieux...