Editions Jeanne d'Arc

Editions Jeanne d'Arc
Editions locales

Editions Jeanne-d'Arc
25 rue de la Gazelle
43000 Le Puy-En-Velay
Tél. 04 71 02 11 34

Ce qui se dit, ce qui se fait en nos églises
Georges Bonnet - prêtre
2009 - 112 pages

Des églises pour quoi faire ?
Des croyants se rassemblent qui sont une minorité dans la population du monde, témoins d'un message venu tardivement dans l'histoire de l'humanité.

ISBN : 9782911794858

Quantité :

14.00 €

Format 15 X 21 cm - 116 pages

Résumé - Auteur - Lire quelques pages
 

Résumé
.............................................................................................

En ces lieux clos de nos églises, des croyants se rassemblent qui sont une minorité dans la population du monde, témoins d'un mesage venu tardivement dans l'histoire de l'humanité - un parmi d'autres.
Cependant ce message se dit à portée universelle, révélateur d'un salut concernant tout homme et tout l'homme.
Mais alors, comment les milliards d'êtres humains qui n'ont rien connu du Christ, qui aujourd'hui l'ignorent, peuvent-ils être concernés ? De quel poids est la parole transmise par l'Eglise ?

Georges Bonnet, prêtre, a enseigné à la Faculté de théologie de Lyon. Il est vice-président de la commission d'Art Sacré du Diocèse du Puy.
Ces réflexions ont fait l'objet d'un cours à l'Institut théologique d'Auvergne - diocèse de Clermont.

retour haut de page
 


 

Lire quelques pages
.............................................................................................

 

 
INTRODUCTION
 
Des églises, pourquoi faire ?
Au long de nos routes et de nos rues, celui qui passe ne peut manquer de voir, en nos villages et nos cités, des édifices qui se signalent par leur importance, leur situation, leur aspect : nos églises. Cette présence allait de soi et malgré le fait que tous n'en faisaient pas usage, ce lieu était admis, à défaut d'être compris. Aujourd'hui, il en va autrement. Beaucoup n'en discernent pas le pourquoi, s'étonnent de ces imposantes bâtisses, de leur emploi, du coût de leur entretien. Certains se demandent s'il faut les conserver, à moins qu'elles ne présentent quelque intérêt architectural ou artistique, ou s'il ne convient pas, par mesure d'économie, d'entreprendre leur démolition.
Prenons cette question pour importante dans tous ses aspects qui dépassent largement l'environnemental, le sociologique et l'économique, qui ne se limitent pas non plus au seul religieux dans le sens restreint du cultuel.
Cet édifice, que signifie-t-il, parmi les autres maisons, autour de lui, où des hommes, des femmes vivent les relations du travail, de la famille, du voisinage, engagés dans les mille choses importantes ou futiles, dérisoires ou curieuses qui font la vie ?
Certains le fréquentent régulièrement, d'autres en certaines occasions de fête ou de deuil, d'autres encore passent indifférents, nullement intéressés à son pourquoi, à sa fonction.
Que dit-on, que fait-on, en cet endroit voulu dans sa singularité et dont la porte s'ouvre sur une profusion d'objets et de figurations, dont parfois la beauté séduit, mais qui restent énigmatiques à qui n'est pas familier de ce lieu ?
Que peut-on apprendre, ici, concernant le monde, l'existence humaine, son destin ? Sommes-nous invités à quitter ce qui fait le cours habituel de la vie pour entrer dans un tout autre domaine, éloigné de ce que nous faisons par obligation ou par conviction, de ce qui fonde nos projets, afin de pénétrer en territoire protégé où le ciel s'entrouvre et se dévoile ?
 
 
Ces questions se posent à ceux qui se réunissent en ces murs, comme à ceux qui s'en désintéressent.
Pour le croyant, les interrogations s'enchaînent. Des siècles de prédication, d'interprétation, d' expériences spirituelles, ont sollicité le message en des annonces et des présentations diverses, au gré des individus et des moments, insistant sur tel aspect, fut-il partiel, sur telle opinion, fut-elle discutable. Il s'en suit que ce lieu peut transmettre, à travers les générations, une image réduite ou figée du monde, de l'homme, de la relation de l'homme avec le monde, de l'homme avec Dieu.
Faut-il comprendre que cette bâtisse à part des autres en sa grandeur, en son aspect, marque volontairement une rupture, signifiant que les jours de notre vie, dans leur cours rapide, leurs lourdeurs ou leurs joies ne sont que passagers, fortuits et éphémères, sans rien qui demeure de ce que nous réalisons, obligés à des travaux sans lendemain ni importance, constructeurs de ruines futures ? La pérennité, la vérité se trouvant ailleurs, dans un autre domaine, éloigné de notre humanité présente ? Notre raison et notre cœur devant s'attacher au seul objectif d'une autre vie ?
Faut-il interpréter la singularité de cet édifice comme un signe de séparation d'avec le monde qui, par nature, est distinct de la divinité, qui, par faiblesse s'en éloigne, qui porte en lui de telles limites et infirmités qu'il faut s'en séparer afin de chercher et de trouver Dieu ?
Cet
espace clos veut-il nous dire que nous sommes là, en ce temps, en cette condition, seulement pour faire nos preuves en vue d'une récompense future, ce que nous décidons n'ayant pas d'autre valeur que de manifester notre obéissance ? Sommes-nous là pour une épreuve purifiante, nous tenant, autant que possible à distance des soucis et des séductions d'un monde qui passe, dans l'attente d'un monde à venir ?
 

retour haut de page
 

Vous n'avez aucun article dans votre panier.

Contactez-nous

Imprimerie Jeanne d'Arc
 

Editions Jeanne d'Arc - EJA - Vente en ligne de livres régionaux de l'Auvergne, la Haute-Loire et du Puy en Velay, livres d'arts, romans, romans historiques, religieux...